Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/196

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— J’ai vu ! ricana-t-il… Vous avez voulu violenter mademoiselle !

Déjà Stéphanie, dégagée, se sauvait le long de la muraille et disparaissait dans le verger.

— Je n’ai violenté personne ! cria Georges, saisi d’une fureur rouge

— J’ai vu… j’ai entendu… Conseil de guerre !

Quelque chose de sauvage et de terrible hurla dans la poitrine de Georges ; son visage devint si menaçant que le sous-lieutenant recula :

— Je vous répète que je n’ai violenté personne !…

Un moment, les deux hommes demeurèrent immobiles, les yeux dans les yeux.

La plus intolérable des mortifications humaines bouleversait le jeune homme, celle