Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/184

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— On est vainqueur !

C’est vrai : cet humble remous d’insectes, c’est une victoire : on apprendra plus tard que « les Français ont enlevé toute la première ligne boche, avec un entrain admirable, capturé six mille prisonniers, dix canons, deux cents mitrailleuses. »

— Cessez le feu !

Georges est si las qu’il remarque à peine les poitrines trouées, les cervelles qui coulent les entrailles des chevaux en amas bleuâtres, et qu’il n’entend guère les lamentations sinistres auxquelles répondent tardivement des brancardiers exténués…

Tout de même, il est content, obscurément, presque stupidement, d’être une fois de plus parmi ceux qui vivent, dans la brume flottante de l’espérance.

Il a refait un pacte avec la chance.