Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/178

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vapeur de nitre et de soufre envahit les narines.

Le capitaine clame :

— À trois mille trois cents… à trois mille sept cent cinquante…

Georges, ennuyé et triste, prend son poste de chef de pièce. Les pièces tressautent, les flammes fusent, vie sinistre, sournoise et fatale d’avant les organismes. Là-haut, les oiseaux de toile et de bois tournoient misérablement…

— La bataille ? se redemande Georges en regardant les pointeurs et les tireurs derrière leurs boucliers et les débris fumants des douilles.

Il a conscience que l’artillerie allemande attaque toute l’étendue. Une épouvantable énergie tourbillonne, les cratères mouvants crachent à tous les détours de la vallée et des