Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/177

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et Georges n’apprendra jamais. Des obstacles infranchissables le cernent. Il n’y a que la ressource animale : être le mâle devant la femelle, et que les gestes coïncident… À distance, il décide que ce sera possible ; à chaque pas qui le rapproche d’elle, il sent qu’il s’éloigne. L’infini les sépare…


L’artillerie ennemie gronde. L’horizon s’emplit de tonnerres. Des fumées noires et grises sinuent dans le vent ; la tempête de feu s’abat sur les tranchées et menace les batteries.

— La bataille ? se demande Georges.

— Arrive ! crie un artilleur qui passe sous le couvert.

Déjà, une des batteries commence la réplique. Les os tremblent, le crâne s’emplit de cloches, de marteaux et de secousses, une