Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/175

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Georges. Adapté à toutes les métamorphoses de la Tragédie, saturé de fatalisme, presque délivré de l’exécrable prévoyance, il accueille les parfums chauds et les parfums frais qui tourbillonnent, il subit la tyrannie suave des pollens. Son imagination le ramène au village de la relève, dans une ferme au grand auvent. Sur la plus haute marche du perron, une jeune femme est debout, qu’enveloppe un vol de pigeons bleus. La lumière, coulant sur elle à larges ondes, exagère la fraîcheur du cou et l’éclat cuivreux de la chevelure. Elle est bien équarrie, la gorge massive, les hanches fécondes ; il y a un charme voluptueux dans le partage du bras en deux zones — la zone brune, la zone blanche. La zone brune a la finesse des belles peaux ibériques, la zone blanche est fine, tendre, émouvante, éblouissante. Large ou-