Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/167

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’une fourmi sur une motte de terre, mais l’Univers s’agitait dans son âme. À la fin, il atteignit le palier fatidique et soupira encore :

— Écoute-moi… exauce-moi !

La porte s’ouvrit ; il n’était pas exaucé : Émile montrait son visage plus abominable d’être amical :

— Pauv’vieux ! dit-il, Pauv’vieux… Et pourtant, je t’envie.

Il embrassa le visiteur avec une effusion lamentable, l’entraîna dans sa chambre et l’écrasa de paroles. Hébété, fiévreux, les tempes froides, avec un petit grelottement de détresse, accablé par l’inutilité immense de vivre, Georges se recoquillait sur une chaise :

« Je n’aurais pas dû m’engager ! » songeait-il.