Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/161

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


chevelure, et quand leurs lèvres se réunirent, il soupira : « Rose ! Rose ! », dans ce délire où l’homme semble prêt à la mort même pour se confondre avec une chair aimée.

La voix du violon s’éteignit dans la chambre d’Émile. Une serrure grinça — et Rose, avec un sang-froid merveilleux, retira sa bouche et poussa doucement Georges dans le corridor. Il y marchait en titubant ; Émile, penché, le regardait venir.

« Qu’a-t-il vu ? » se demandait Georges, À sidéré.

Il n’avait rien vu du tout, et sa pensée était aussi loin d’un soupçon que de la Terre de Feu.

— C’est toi ! fit-il avec satisfaction…

Entraînant Georges dans sa chambre, il se mit à l’entretenir de Joffre, dont l’inertie commençait à lui inspirer de la méfiance…