Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/160

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


brassé la bouche en fleur et la tresse magique qui étincelait dans la pénombre de cette chambre… Il est probable qu’elle sentit la timidité du jeune homme car, se rapprochent, elle lui chuchota dans l’oreille :

— Vous m’aimez toujours, dites.

— Ah ! gémit-il.. plus encore, bien plus…

— Dans vos vers, pourquoi m’appelez-vous votre fée aux cheveux d’or ?…

— Parce que vous êtes une fée pour moi… parce que vous transformez tout… parce qu’aucune fée n’aurait pu faire un tel miracle dans mon cœur !…

— C’est gentil ! balbutia-t-elle.

Elle laissa couler sa tête sur l’épaule du jeune homme.

Toute crainte se perdit dans l’afflux du sang. Il embrassait Rose dans le cou, sur la