Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/159

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— C’est bien… j’y vais ! dit-il avec autorité.

Il passa par la salle à manger, puis dans un petit couloir ténébreux. Une porte, s’ouvrant en éclair, lui montra la tête auréolée de Rose. La bonne avait disparu. Ils étaient seuls. Il fut saisi d’un tel éblouissement que ses dents en claquaient, tandis qu’elle murmurait, avec un tout petit rire :

— Écoutez… il s’exerce… il n’entend rien !

La voix flottante et grinçante d’un violon venait de la chambre d’Émile.

— Ils sont jolis, les vers que vous avez faits pour moi ! reprenait-elle. Vous en ferez d’autres et avec mon nom, dites ?

— Oui, répondit-il ahuri, plein d’une joie épouvantée.

C’était comme si jamais il n’avait em-