Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/156

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


On les laissait en tête à tête. Elle lui lança un regard complice et chuchota :

— V’s avez ma lettre ?

— Et comment va Émile ? dit-il à haute voix.

Puis, susurrant :

— Oui… et il y a des vers pour vous… Ça commence et ça finit par Rose.

Car il n’avait pas oublié le succès de l’acrostiche dédié à Marie.

— Pour moi… avec mon nom ? fit-elle, en se passant une langue gourmande sur les lèvres.

Le tournant de la rue et le passage d’un chariot les favorisant, elle saisit la lettre qu’il avait assez adroitement tendue, et, après quelques propos pour les suivantes :

— Jeudi à la maison, à trois heures !… Vous aurez ma réponse !