Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/155

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tre bonne escortait… Il eut d’autant plus envie de s’enfuir que sa démarche lui semblait maintenant saugrenue : comment oserait-il aborder Rose et sous quel prétexte ? Tandis qu’il agitait cet insoluble problème, les circonstances se décidèrent en sa faveur. Rose l’avait aperçu. Elle le désignait sans vergogne aux autres, disant :

— C’est l’ami d’Émile qui s’est engagé… il n’a pas même dix-huit ans !

À l’instant, les fillettes, le dévisageant avec faveur, communiquèrent la bonne nouvelle… Georges, qui avait entendu, essaya de se composer un maintien modeste et héroïque, ce qui donnait une extrême niaiserie à son visage.

Déjà, Rose lui parlait :

— Émile aurait été heureux de vous voir !… Il ne parle plus que de s’engager…