Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/154

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tre les communiqués et les articles des correspondants de guerre : aucune force ne pouvait l’empêcher de songer à elle.


Un matin, il lui vint une idée — si simple qu’il demeura ébahi de ne l’avoir pas eue plus tôt. Il la mélangea tout le jour à ses mélancolies, et, un peu avant quatre heures, il rôdait dans le voisinage du lycée Fénelon… Craignant d’attirer l’attention, il évoluait à distance et, pour mieux se donner un air neutre, il feignait de lire l’Intransigeant, il secouait la tête, par intervalles, comme pour approuver quelque paragraphe. Quand les premières jeunes filles sortirent, il dut faire effort pour se rapprocher… Soudain, ses pieds se crispèrent, sa main se contracta sur le journal… Rose était venue, entre deux compagnes, suivie de sa bonne, qu’une au-