Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/151

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


implacable. Georges comprit qu’il ne verrait pas Rose. Son cœur parut s’enfoncer dans ses entrailles. Parce que Mme Bonnefoz avait remisé la cafetière, il crut qu’elle le congédiait :

— J’ai été heureux de vous revoir, madame… balbutia-t-il.

Il se trouva dehors, dans un vide immense.


Quatre jours innommables. Georges dépensa toutes les énergies de l’émotion humaine et toutes les ressources de l’imagination. Parce que l’être social remplace de plus en plus les catastrophes réelles par des catastrophes illusoires, il parcourut les claviers innombrables du doute, de la jalousie, des détresses, des possibles douloureux créés par l’âme collective, à travers les siècles des