Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/150

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Alors, moi, gémit Émile, je ne pourrai pas m’engager |

— Tu es trop jeune, affaibli par la croissance, M. Georges est très fort pour son âge, affirma-t-elle, non sans atrabile. N’est-ce pas, qu’il est trop jeune ?

— Je le lui ai dit ! fit Georges qui sentit un besoin ardent de se concilier la dame…

La dame sourit. Et il y eut un affreux silence. Accablé, Georges demanda niaisement :

— Comment va M. Bonnefoz… et Rose ?

— Bien ! répliqua placidement la mère. Seulement, mon mari a des ennuis… à cause de la main-d’œuvre… Les trois quarts de son personnel sont mobilisés… Pour les affaires, les temps sont durs… Enfin, quand on songe à nos soldats !…

Le silence retomba opaque, étouffant,