Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/145

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Oui, mais ils subiront nos conditions ! affirma avantageusement Georges.

— Tu crois ? cria Émile avec exaltation.

— J’en suis sûr !

Georges, tournant vers son ami un visage soudain si martial que l’autre en demeura confondu, jouit de son autorité, puis, une impatience terrible lui comprima les côtes ; la petite chambre se révéla asphyxiante… Émile continuait à dérouler des souvenirs et des confidences. Il exigea des canons, réclama des inventeurs, redouta que Joffre ne fût flasque et s’indigna de ne pas voir surgir de jeunes chefs étincelants de génie :

— Les vieux obstruent ! gémissait-il. C’est tellement épouvantable que je m’éveille la nuit et que j’ai envie de pleurer. Des inconnus sont là… j’en suis sûr, prêts à sauver la France… ils se heurtent aux règlements