Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/135

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et il s’avançait sur Rose. Elle recula jusqu’à la cheminée et se débattit un peu lorsqu’il referma les bras sur elle. Puis, elle demeura immobile, acceptant des baisers sur la joue, mais refusant ses lèvres.

— Tu as déjà tout oublié ! cria-t-il avec désespoir.

Elle tendit l’oreille et murmura, d’un air gourmand :

— Vous m’écrirez une lettre, dites ?

Une clef s’introduisait dans la serrure :

— V’là maman.

Un bruit de jupes traversa l’antichambre, tandis que la petite Rose s’écriait :

— Bonjour, m’man… Est-ce qu’Émile ne va pas rentrer ? Y a m’sieu Georges qui voudrait le voir.

Mme Bonnefoz montra le visage tendu d’une femme qui a rôdé au Louvre ou au