Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/134

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Près de quatre heures… Maman va revenir… Oh ! écoutez, c’est ce passage qui est le plus joli.

Georges fut saisi d’épouvante : il crut que, jamais plus, elle ne voudrait se rappeler leur étreinte ; un froid polaire lui glaça les omoplates ; il gémit :

— Est-ce que tu m’aimes, Rose ?

Elle, plissant ses paupières fines, rapprocha son oreille du carillon et prit un air moqueur :

— Je ne sais pas !

Il se laissa tomber sur une chaise et se cacha le visage. Elle le considérait avec étonnement et satisfaction :

— Ben si ! reprit-elle, indulgente et curieuse… Et vous, est-ce que vous m’aimez ?

— Oh ! s’écria-t-il… si je vous aime !

Il s’était relevé, les yeux pleins de larmes,