Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/133

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Elle remonta vivement la frêle mécanique ; les notes légères reprirent, comme perdues au loin, sur un polder, dans le vent du large.

— Ce qu’il est frais ! s’exclamait-elle… C’est une musique d’éventail…

Il n’osait pas parler. Il était comme un homme plein de souvenirs anciens, merveilleux et poignants, et qui ne sait à qui en faire la confidence.

« Pourtant, cela se passait, il y a une minute ! »

Il ne pouvait se le persuader, il doutait presque qu’il se fût passé quelque chose.

— Rose ? dit-il si bas qu’elle l’entendit à peine.

Elle tourna vers lui sa bouche rieuse :

— Quelle heure est-il ?

Et avant qu’il eût tiré sa montre :