Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/132

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


« Je suis perdu ! » se dit-il.

La sonnerie d’un timbre les fit sursauter :

— C’est à la porte ! chuchota Rose.

La ruse féminine, développée par mille siècles de servitude, composa instantanément son visage :

— C’est rien ! reprit-elle avec un sourire. Maman, papa ou Émile ont la clef : Les bonnes aussi.

Tandis que Georges demeurait stupide, elle alla ouvrir la porte. On entendit une voix molle et un zézaiement ; Rose reparut.

— C’est quelque chose de l’électricité, dit-elle en agitant un imprimé.

Mais elle était redevenue étrangère. Ses yeux s’ouvraient larges, innocents et clairs. La crise semblait perdue dans un passé incalculable :

— Tiens ! fit-elle. Le carillon est arrêté.