Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/105

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Elle détourna la tête, ses joues brûlèrent :

— Puis, il y a quelque chose qui doit finir… Ce soir même, j’écrirai, je serai libre, personne n’aura de reproches à nous faire.

Il demeura saisi de ces paroles et n’osa plus rien dire. Le soleil déclinait, dans tout le bois, les ombres étaient plus longues et la lumière moins chaude.


— Il faut partir ! dit Marie.

Il ressaisit une fois de plus la fleur rouge ; leur baiser, tantôt immobile et comme anéanti dans la volupté, tantôt plein de hâte et de fièvre, dura jusqu’à l’essoufflement :

— Vous écrirez ce soir ?… Vous le jurez ? chuchota-t-il.

Elle fit oui de la tête. Les yeux perdus