Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/103

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tête entre les poings, il devint triste. C’était soudain la défaite. Les paroles, les baisers, les étreintes, tout s’évanouissait, comme le nuage, là-haut, dans la lumière. Pour l’âme surchauffée, demain n’existait pas, le drame humain tenait ici, dans ces hêtres, dans ces lueurs pleurant en larges gouttes sur les pénombres, et n’avoir pas Marie maintenant, c’était mourir. Il dit, accablé :

— Vous ne m’aimez pas |

— Oh ! mon tout petit ! cria-t-elle.

Elle lui renversa la tête et, la tenant sur son bras, elle la couvrit de baisers légers et tendres. Elle comprenait bien sa peine et sa peur.

— Tu le verras bien, si je t’aime ! balbutia-t-elle. Mais je te jure, Georges, maintenant il ne faut pas !

— Et pourquoi ? gémit-il.