Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/102

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de Marie était maintenant plus proche et plus familière. Georges la saisit à pleins bras et l’autre désir devint indomptable.

— Marie ! fit-il tout bas.

Elle comprit la supplication, elle se sentit défaillir. S’il s’était hâté, peut-être succombait-elle, comme aussi si elle avait créé moins de belles fables. Trop de crainte le retenait encore et certains gestes, à travers son ivresse, ressemblaient à des gestes de crime. Elle put donc se ressaisir. Comme il la pressait plus fort, elle se roidit un peu, avec la vision d’un amour ensorcelé par la résistance, elle balbutia d’une voix plaintive :

— Non !… pas encore, Georges… pas encore !

Elle n’eut guère de peine à le repousser. Il dénoua son étreinte, se redressa et, la