Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/101

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— M’aimes-tu ? fit-elle.

— Vous aimer ! grondait-il. Je fais bien : plus que vous aimer !

Elle le pressa contre son cœur et déjà c’était, dans tout son corps, comme si elle se donnait. Mais elle résistait, elle connaissait trop le prix de cette ardeur inassouvie qui nous dévore et qui nous multiplie ; elle voulait que Georges attendît de longs jours. Et posant la tête dans le cou du jeune homme, elle chuchotait :

— Ne bouge pas, mon cher petit…

Lui, sentant contre son visage la gorge nue de Marie et contre sa poitrine, une poitrine qui tressaillait, demeurait dans une léthargie délicieuse. Longtemps, ils s’anéantirent dans ce désir passif qui est le renoncement mystique de l’amour. Puis, il voulut ressaisir la fleur rouge. Toute la personne