Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/67

Cette page n’a pas encore été corrigée


Parloit tes cris, dont elle roulloit pleine.

Pour mesme nom, les fleuréttes du Loir,
Pres de Vandôme, & daignent me douloir,
Et l'eau se plaindre aux soupirs de ma peine.

MVR ET.

Pour la doulettr.) Il coparc Ton amour a celle dePhœ- bus.lors qu’il aimoic Cailandre fille de Priam, comme i'aidicci delïus. Près d' /lion. )Vt6sdeTTOie.Xanthe.) Fleuue près de Troie.Homere dit,que les dieusl’apel- lentXanthe, 8c les hommes Scamandre.


Les petits cors, culbutans de travers,
Parmi leur cheute en bïais vagabonde,
Hurtés ensemble, ont composé le monde,
S’entr’acrochans d’acrochemens divers.

L’ennui, le soin, & les pensers ouvers,
Croisans le vain de mon amour profonde,
Ont façonné d’une atache feconde,
Dedans mon coeur l’amoureus univers.

Mais s’il avient, que ces tresses orines,
Ces dois rosins, & ces mains ivoirines,
Froissent ma vie, en quoi retournera

Ce petit tout? En eau, aer, terre, ou flame?
Non, mais en vois qui toujours de ma dame
Par le grand Tout les honneurs sonnera.

LespftU forj.)Empedocle, Epicure , 3c leurs fë&ateur* conftituoienc deus principes de toutes chofes.c’efta fauoir le vuide,& les petis cors , qtf ils nômoienc Ato- mes. Et difoicnt,que ces petis cors tomboieut naturel- lemec par le vuide, tout droit en basrexccpté qu’ils al-