Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome I, 1916.djvu/360

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[ 328 ]

Nous avons vu, par divers documents, quelle avait été l’attitude des Acadiens pendant ces quatre années d’invasions répétées de la part des troupes françaises. Écoutons d’autres témoignages tirés de la correspondance du gouverneur Mascarène lui-même. À différentes reprises, l’on y voit que, dans les intervalles de ces expéditions, les Acadiens venaient l’informer des mouvements des Français, et travailler à mettre les fortifications en état de résister à leurs attaques.


Au gouverneur Philipps, à la date du 9 juin 1744, il écrit :

« J’ai fait tout en mon pouvoir pour garder les Acadiens dans la fidélité qu’ils ont promise : jusqu’à présent ils ne

    liers », ainsi que dit Edmond Mallette, dans sa belle étude sur Washington et Coulon de Villiers, donnée à Boston, devant la Société Historique Franco-Américaine, le 1er septembre 1902. Cette étude, conservée dans les Archives et publiée dans le Bulletin Historique de la dite Société, nous a été communiquée par notre ami M. J.-A. Favreau. Il y a là, entre autres, des renseignements sur le capitaine Marin (Pierre-Paul Marin de la Marque), dont il a été question dans la note 13 : « Le 29 octobre 1753, le cap. Marin mourût au fort de la rivière aux Bœufs, d’une dysenterie contractée pendant qu’il surveillait la construction de ce fort. Une sépulture chrétienne lui fut donnée dans le cimetière du fort, par le moine Denys Baron, prêtre récollet, aumônier de l’expédition, en présence du capitaine Legardeur de Repentigny, de Laforce, garde-magasin militaire, et de quelques autres personnes qui signèrent l’acte de décès, » — page 29-30.

    « Le de Beaujeu, qui a laissé un Journal de la campagne du Détachement de Canada à l’Acadie et aux Mines en 1746-7, (Arch. du Ministère de la marine et des colonies, vol. 87, fol. 314), s’appelait Daniel-Hyacinthe Marie de Beaujeu, né à Villemarie, le 19 août 1711, de Louis-Liénard de Beaujeu et Louise-Thérèse-Catherine Migeon de Bransac, fille de Jean-Bte. Migeon de Bransac et de Dame Catherine Gaucher de Belleville. Fut tué glorieusement à la bataille de la Monongahéla, le 9 juillet 1755, et inhumé au Fort Duquesne (Pittsburg), le 12 du même mois, comme en fait foi l’acte de sépulture signé de F. Denys Baron, P. R. »

    (Cf. Hist. des Grdes-Familles franc. du Canada. Montréal, Eus. Sénécal, 1867, — La Famille de Beaujeu, p. 251 et seq.).