Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome I, 1916.djvu/152

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[ 120 ]

des causes moins avouables, les historiens, de même que le compilateur des Archives de la Nouvelle-Ecosse, ont négligé de mettre ces choses en lumière ou même n’en ont pas soufflé mot. Quant à ce dernier, nous avons déclaré hautement, dans notre préface, qu’il a accompli son travail avec une partialité révoltante et dans le but évident de semer dans le public des préjugés contre les Acadiens. Et c’est délibérément, après mûre réflexion, avec preuves à l’appui, que nous avons porté contre lui une aussi grave accusation ; la bienveillance et la charité qui nous animent ont dû céder devant les manifestations répétées de sa mauvaise foi. Nous aurons à parcourir son indigeste et menteuse compilation, et il nous sera facile alors d’en montrer les lacunes volontaires, les fins tendancieuses, par des raisons toutes basées sur les faits tels qu’ils se présenteront à nous dans la suite du récit. Disons d’abord dans quelles circonstances la publication de Akins fut entreprise. Le 30 avril 1857, la Législature de la Nouvelle-Écosse adopta la motion suivante présentée par l’Honorable Joseph Howe :

« Son Excellence le Gouverneur est respectueusement prié de nommer une commission à fin d’examiner, de conserver et de classifier les anciennes pièces et documents propres à jeter la lumière sur l’histoire de cette Province et à faire voir le progrès social qui y a été réalisé, — et ces pièces et documents seront gardés comme références, ou seront publiés, selon que la Législature en décidera [1]… »

  1. « That His Excellency the Governor be respectfully requested to cause the ancient records and documents illustrative of the history and progress of society in this province, to be examined, preserved and arranged, either for reference or publication, as the legislature may hereafter détermine, and that this House will provide for the same. » — N.-S. Doc. Preface.

    In the following year the Lieutenant-Governor was authorized by the