Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome 2, 1916.djvu/90

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Pendant environ dix ans, il avait été missionnaire chez les sauvages Micmacs de la rivière Shubénacadie, entre Cobequid et Chibouctou, (Truro et Halifax). Jusqu’à la guerre de 1744, il n’est à peu près jamais question de lui. Il accompagna, en 1745, les sauvages de sa mission, et autres, dans une expédition contre Annapolis, après quoi il se retira à la Baie Verte, avec les Indiens qu’il desservait, en territoire français ou du moins réclamé comme sien par la France, Peu de temps après, il retourna en France, d’où il revint en 1747, alors que la guerre touchait à sa fin. Depuis ce temps jusqu’à 1755, il résida à Beauséjour.

La fondation d’Halifax avait alarmé les Français. Jusque-là, ils avaient toujours espéré qu’un traité, ou les hasards de la guerre, leur rendraient cette Acadie, à laquelle les Anglais ne paraissaient pas attacher un très grand prix, puisqu’ils n’avaient rien fait pour en consolider la conquête. Mais l’établissement d’Halifax était venu briser cet espoir : il annonçait en effet une politique de colonisation qui, en peu d’années, devait rendre cette Province chère à l’Angleterre, et par les sacrifices qu’elle lui aurait coûtés, et par le nombre de sa population. L’honneur dictait à la France son devoir, en pareille occurrence. Mais entre ces deux nations, rivalisant à qui posséderait finalement l’Amé-

    hommes imbus d’idées voltairiennes et dont il avait flagellé la conduite. Quant aux Acadiens, si quelques-uns d’entre eux ont accusé Le Loutre, ce fut sous l’influence de la peur et de l’intimidation. Quels aveux ne peut-on arracher à des victimes, par le moyen de l’intimidation ? À cet endroit, le MS. original (fol. 317), portait : « et peut-être même des Acadiens ». "Le peut-être fut subséquemment biffé, et l’édit anglais (vol. I, p. 258) porte : and even from the Acadians. Nous l’avons rétabli, car il laisse du moins subsister un doute sur la soi-disant haine que les Acadiens auraient conçue envers le plus intelligent et le plus dévoué de leurs missionnaires.