Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome 2, 1916.djvu/425

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


paysage pouvant égaler en beauté champêtre celui que nous offre l’ancien site du village de Grand-Pré, vu des coteaux qui le dominent. — Tout cela, c’était la patrie. Quelques jours encore, et la cupidité d’un tyran allait en faire le coin le plus désolé de la terre. Tout un peuple allait être entassé pêlemêle dans des navires, et dispersé sur toutes les plages, comme les feuilles emportées par le vent d’automne.

C’est à Winslow et à Murray qu’avait été confiée la tâche de troubler cette idylle de paix, et de bonheur, dans le quartier des Mines : Winslow à Grand-Pré, comprenant les paroisses Saint-Charles et Saint-Joseph, (Rivière-aux-Canards) ; Murray à Piziquid, où se trouvaient deux autres paroisses, la Sainte-Famille et l’Assomption.

Winslow était à Beauséjour lorsqu’il reçut l’ordre de se rendre à Grand-Pré. Embarqué le 16 août [1], au fort Lawrence, avec 300 hommes de son régiment, il vint jeter l’an-

    manque pas de charme : les traits généraux qui la composent sont épars dans Haliburton, dans la première partie de son vol. II. Mais l’auteur d’Acadie, procédant avec un éclectisme judicieux, les a ramassés, et a animé le tout d’un accent très personnel. Voici le passage auquel il se réfère ici : « … the extended township of Horton, (Grand-Pré,) interspersed with groves of wood and cultivated fields, and the cloud capt summit of the lofty cape that terminates the chain of the north mountain, form an assemblage of objects, rarely united with so striking an effect. » — {Statistical account of N.-S. vol. II, P. 115.)

    (Cf. aussi Casgrain. Pèlerinage… P. 110 et seq.)

    Même page, un peu plus haut : « after leaving Falmouth, and proceeding on the great western road, the attention of the traveller is arrested by the extent and beauty of a view, which burts upon him very unexpectedly, as he descends the Horton mountains.  »

  1. Le MS. original — fol. 576 — porte 14 août. Or, dans une lettre de Winslow au gouv. Shirley, en date de Grand-Pré, 22 août 1755, il dit : « I embarqued on the l6th at Chignecto, on the 16th inst., with 313 men, officers included… »

    Cf. Journal of Col. John Winslow, of the Provincial Troops, while engaged in removing the Acadian French inhabitants from Grand Pré, and the neighbouring settlements, in the autumn of the year 1755, Transcribed from the ori-