Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome 2, 1916.djvu/375

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sions coutumières à Akins pour n’avoir pas à s’en étonner. L’abbé Le Guerne, qui a demeuré plusieurs années sur les côtes du golfe, avec les Acadiens échappés à la déportation, nous dit que l’arrestation de ces prêtres eut lieu vers la mi-juillet, et il cite, parmi ceux qui furent ainsi appréhendés, les abbés Daudin, Chauvreulx et Lemaire [1]. C’étaient les seuls qu’il y eut alors dans la péninsule, à l’exception de l’abbé Desenclaves, qui réussit à s’évader en s’enfuyant dans les bois. Nous le retrouvons plus tard au Cap Sable,

  1. « Messieurs Daudin, Chauvreulx et Lemaire ont été arrêtés vers la my juillet, conduits à Chibouctou et mis dans des vaisseaux séparément : c’est tout ce qu’on en sçait. »

    Copie d’une lettre écrite par l’abbé le Guerne, missionnaire des Sauvages à l’Acadie, à M. Prévost, ordonnateur à l’Isle Royale et dont la pareille a été aussi adressée à M. le chevalier de Drucour, gouverneur. Cette lettre est datée de A Belair vers Cocagne ce 10 mars 1756. Cf. Arch. Canadiennes, 1905. Appendices. P. 409 & seq. Il existe une autre lettre de l’abbé le Guerne, trouvée dans les Archives de la cure N. B. de Québec et publiée par M. l’abbé C. 0. Gagnon (Québec. A. Côté & Cie, 1889.) D’après l’éditeur, « M. le Guerae dut écrire cette lettre en 1757, et « sans qu’on le sache d’une manière précise, elle était probablement destinée à l’abbé de l’Isle Dieu. » — Il y a là un détail concernant les prêtres dont il vient d’être parlé : « Pendant les six premières semaines après la prise du fort (Beauséjour,) l’anglois se fit apporter toutes armes soit dans l’Acadie françoise soit dans l’Acadie angloise ; il manda entretemps à Chibouctou des députés de cette dernière partie… » et une note à la marge du manuscrit porte — « il manda aussi Mrs. D’Audin, Chauvreux et Lemaire mais je ne le seus que longtemps après. » — P. 35. À l’app. A. 3e P. des A. C. 1905 P. VII, l’arrestation de ces prêtres est placée aux 4, 6 et 10 août.

    M. l’abbé C. O. Gagnon a fait précéder la publication de cette lettre d’une très intéressante notice biographique sur le Guerne : « François le Guerne naquit en 1725 à Kergrist-Moëlou, près de Rostrenen, en basse Bretagne, diocèse de Quimper & Cornouailles. Reçut l’onction sacerdotale à Québec, des mains de Mgr de Pontbriand, le 18 septembre 1751. En 1753, est nommé missionnaire à l’Acadie, où le premier acte qu’il signe dans les registres de Peteoudiac est du 7 juin, quitta l’Acadie au mois d’août 1757. Fut nommé curé de Saint-François, Isle d’Orléans, où il arriva le 19 avril 1758. Enseigna la Rhétorique au Séminaire de Québec pendant l’année 1767-68, ainsi que durant la moitié de l’année 1768-69. Le nom de M. le Guerne réapparaît dans les registres de Saint-Fran-