Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome 2, 1916.djvu/359

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le 28 juin 1755, moins de deux semaines après l’évacuation de Beauséjour, et quelques jours seulement avant la prise en considération de la requête citée dans notre chapitre précédent, Lawrence, annonçant cet événement aux Lords du Commerce, ajoutait : « Les Acadiens émigrés (deserted) rendent leurs armes. Je lui ai donné (à Monckton) l’ordre de les chasser du pays à tout événement ; mais, s’il a besoin de leur aide pour mettre les troupes à l’abri, il peut d’abord leur demander de rendre tous les services qui sont en leur pouvoir [1]. »

Cette lettre semble impliquer que Monckton avait ordre de commander aux Acadiens, habitant le territoire que la France venait d’évacuer, de quitter le pays, et, en cas de refus de leur part, de les y contraindre par les armes. Ce n’était pas là pourtant ce que Lawrence avait résolu de faire, loin de là. Mais il ne lui convenait pas d’exposer à nu son projet aux Lords du Commerce. Il fallait laisser ces derniers sous une vague impression, dans l’incertain et l’indé-

    very much better, if they refuse the oaths, that they were away. » (Akins. N. S. D. P. 213. Can. Arch. (1894) Aug. Ist 1754. Halifax. Lawrence to Lords of Trade. H. 256. B. T. N. S. vol. 15.)

  1. Cf. Can. Arch. (1894.) 1755, June 28, Halifax « Lawrence to Lords of Trade : "… Beauséjour — surrended after four days borabardment… The deserting French are giving up their arms ; they are to be driven out of the country, but if their services are needed, they are first to be used. » (H. 300 B. T. N. S. vol. 15.)

    Cf. Akins. N. S. D. P. 408, cette lettre in-extenso.

    Au même endroit des Archives, et sous la même date, on lit : « An extract (de cette lettre sans doute) was sent to Secretary of State. » (Am. & W. I. vol. 597, p. 39.) — C’est cet extrait qu'Akins a donné, mais en l’abrégeant encore. Cf. Nova Sco. Doc. P. 243. Extr. from lett. of Gov. Lawrence to Sir Thomas’Robinson, Secr. of State. Halifax, June 28, 1755 « …When the Fort surrendered there remained 150 Regulars and about 300 inhabitants… The deserted French inhabitants are delivering up their arms. I have given him (Col. Monckton) orders to drive them out of the country. »