Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome 2, 1916.djvu/203

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


a long course of time, avant que les scrupules des Acadiens ne tombent. Cette expression less scrupulous laisse voir que c’est bien sa conscience et ses propres sentiments que Hopson a consultés.

Cornwallis, lui, n’avait vu que le côté matériel de leur situation. Il avait cru que l’attachement à leurs biens était le grand, le seul mobile de leur action ; il n’avait, pensait-il, qu’à les mettre résolument en face de cette cruelle alternative : abondance d’une part, et dénuement de l’autre, pour avoir raison de ce qu’il estimait être pure opiniâtreté. Lorsqu’il voit députation sur députation accepter sans hésiter l’alternative du dénuement, solliciter la permission de partir, il en est tout bouleversé, il ne semble plus rien comprendre ; ou il en est tout ému, ou il feint de s’en émouvoir, mais son émotion ne porte que sur la jouissance ou la privation de leurs biens : « Vous possédez les seules terres cultivées de la province ; elles produisent du grain et nourrissent des bestiaux en quantité suffisante pour toute la colonie. C’est vous qui auriez eu tous les avantages pendant longtemps. Nous nous flattions de faire de vous le peuple le plus heureux du monde [1]. »

Hopson avait vu plus clair et plus loin : il avait vu qu’une raison de conscience primait les intérêts purement matériels, et il implore les Lords du Commerce de ne pas l’obliger à presser les Acadiens sur la question du serment : « M. Cornwallis peut vous informer combien ces gens nous sont utiles et nécessaires, combien il nous est impossible de nous

  1. N. S. Documents. Cornwallis to Acadian Deputies, 25th May 1750. Page 189 de Akins.