Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome 2, 1916.djvu/179

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


gnaient lui endroit près de Owl’s Head, de là vinrent à la Baie des Îles (Bay of Islands,) et suivirent la côte jusqu’à un lieu situé entre Country Harbour et Torhay où ils arrivèrent le 21 février. Le lendemain matin, un canot portant quatre indiens s’approcha de leur goélette ; les sauvages leur ayant crié, ils leur répondirent ; puis les sauvages leur tirèrent plusieurs coups de feu. Comme la goélette se trouvait à proximité du rivage et que le vent soufflait du sud, il était impossible de s’éloigner : alors deux canots portant six indiens abordèrent le bateau. Conner et ses compagnons firent leur soumission. Sur le rivage se trouvait un autre canot chargé de trois indiens. Conner et Grâce donnèrent à manger et à boire aux indiens. Après quoi ceux-ci leur ordonnèrent de hisser les voiles et dirigèrent la goélette au fond d’une crique ; ils les firent descendre ensuite sur le rivage où ils ne tardèrent pas à les rejoindre. Puis, ordre leur fut signifié d’aller dans la forêt couper du bois ; à leur retour, les sauvages envoyèrent deux des anglais, en compagnie de trois indiens, dans la direction de la mer. Conner et Grâce virent alors les sauvages frapper avec des haches sur la tête de Michael Hagarthy et de John Poor, les tuer et les scalper. Le lendemain matin, Conner et Grâce furent entraînés à l’intérieur du pays, à une distance d’environ dix milles, où ils furent retenus prisonniers jusqu’au huit de ce mois. Le sixième jour de ce mois, un certain nombre d’Indiens se sépara du reste, laissant les captifs en compagnie de quatre sauvages, d’une femme et d’un enfant. Le huit de ce mois, — c’était un dimanche —, ces derniers, avec Conner et Grâce, descendirent vers le rivage de la mer, près de l’île sur laquelle la goélette s’était échouée. Les quatre sauvages allèrent au bateau pour y chercher un tonneau de bière. Conner et Grâce, dans leurs fréquentes conversations