Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome 2, 1916.djvu/159

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Parlant des habitants de Cobequid, (maintenant Truro), il dit : « Ils ne commencèrent à déménager que lorsque les Sauvages les y obligèrent [1]. »

Quand Lawrence opéra son débarquement pour fonder le fort Lawrence sur la frontière, il restait encore, dans le voisinage du village de Beaubassin qui avait été détruit quelques mois auparavant, bon nombre de maisons et de granges qui avaient échappé à l’incendie : « Les Sauvages de Le Loutre, dit Parkman, menacèrent alors de massacrer les habitants s’ils ne prenaient pas les armes contre les Anglais. Quelques-uns obéirent, mais le plus grand nombre s’enfuit dans les bois. Sur ce, les Indiens et les Acadiens qui s’étaient joints à eux mirent le feu aux maisons et aux granges, ruinant tout le district, et ne laissant à la population d’autre alternative que d’aller demander aux Français le vivre et le couvert [2]. »

  1. Cette citation est fautive. À cet endroit, page 114 du même chapitre, Parkman reproduit entre guillemets un passage d’une lettre de Bonaventure à Desherbiers, en date du 26 juin 1751, lequel se lit comme suit : They leave their homes with great regret, reports the governor of Isle St-Jean, speaking of the people of Cobequid, and they began to move their baggage only when the savages compelled them. — Cf. A. C. (1887) p. CCCLV. Île Royale Corr. gén. 1751 vol. 30. M. Desherbiers, gouv. c. II, june 26. Louisbourg. M. Desherbiers au ministre. Lui envoie copie d’une lettre de M. Bonaventure concernant l’Île S-Jean… » Fol. 13.)
  2. Ceci se trouve à la page 122 du même chapitre. Pour la première partie de ce passage, Parkman réfère en note à une lettre de Prévost au Ministre, en date du 27 septembre 1750 ; pour la dernière au Journal de la Valière, où il est dit : « Les Sauvages et Acadiens mirent le feu dans toutes les maisons et granges, pleines de bled et de fourrages, ce qui a causé une grande disette. » Pour la lettre de Prévost an Ministre d’où Parkman a tiré son renseignement, en voici le résumé, d’après A. C. (1887) p. CCCLII, 1750. Sept. 27, Louisbourg : The English have disembarked 2,000 men at Beaubassin to form a Settlement there. Indians désire to disturb them, but the Acadians oppose this move, and the greater portion fly into the woods while waiting for the settlement of the