Ouvrir le menu principal

Page:Ribot - Revue philosophique de la France et de l’étranger, tome 18.djvu/271

Cette page n’a pas encore été corrigée


sur l'explication qu'essayait Alcméon pour les sensations de la vue et de l'ouïe, de l'odorat et du goût, ainsi que sur la différence qu'il établissait entre l'homme et la brute. Mais, d'après cette notice, on ne comprendrait guère comment le disciple d'Aristote range Alcméon parmi ceux dont l'opinion est opposée à celle d'Empédocle et de Parménide (qui attribuent d'après lui la sensation au semblable), si l'on ne s'apercevait pas qu'il s'attache exclusivement à la distinction établie par Alcméon entre la sensation et l'intelligence ; il conclut de là à une distinction entre le νοῦς et la ψυχή, l'une matérielle et composée des mêmes éléments que les corps sensibles, l'autre formé par un principe différent.

Que le raisonnement de Théophraste n'ait aucune valeur, c'est ce qu'il est aisé de reconnaître ; en fait la théorie des diverses sensations dans Empédocle dérive immédiatement de celle d'Alcméon ; toutes deux attribuent au même titre la sensation au semblable à l'objet senti. De celle d'Empédocle, Théophraste conclut que, pour l'Agrigentin, il n'y a point de différence entre la brute et l'homme ; mais cette conclusion, il aurait pu la tirer tout aussi bien de la théorie d'Alcméon, et il l'eût fait sans doute, si le Crotoniate n'avait pas affirmé la différence en question, que cependant ni Empédocle, ni Parménide n'eût certainement pas niée.

Quant à l'Eléate, il ne s'est point occupé des diverses sensations5 ; voici comment Théophraste rapporte (De sensu, 3, 4) son opinion d'ensemble :

« Parménide n'a rien précisé en général, il a dit seulement qu'il y a deux éléments, et que la connaissance a lieu selon celui qui prédomine. Suivant que le froid ou le chaud se trouve en excès, l'intelligence est autre ; elle est meilleure et plus pure par le chaud ; cependant il faut toujours une certaine mesure convenable :

Tel est, soit d'une façon, soit de l'autre, le mélange qui forme les membres,
Telle se présente la pensée (νόος) chez les hommes ; c'est une même chose