Ouvrir le menu principal

Page:Revue pour les français, T1, 1906.djvu/401

Cette page n’a pas encore été corrigée
285
CE QUI SE PASSE DANS LE MONDE

veulent surtout, c’est attirer sur eux l’attention du monde extérieur, conquérir l’opinion étrangère. Hantés par les souvenirs de la Révolution française, ils en veulent imiter les grands gestes et en renouveler les coups de théâtre. Nous vous mettons en garde contre ces procédés dramatiques qui ont subjugué la plupart de nos journaux et les entraînent quotidiennement à de fausses appréciations. Nous n’avons jamais caché nos sentiments profondément antipathiques pour la bureaucratie réactionnaire et tous nos vœux, vous le savez bien, lecteurs, étaient du côté de la Douma. Nous regrettons à présent son échec mais nous sommes obligés de le proclamer bien mérité.

La fortune française en Russie.

De 1889 à 1906 la France a prêté officiellement à la Russie plus de huit milliards de francs. Nous avons engagé en même temps près d’un milliard dans les entreprises industrielles ou minières de l’Empire. Nos établissements commerciaux y représentent plus de 50 millions ; nos propriétés et nos capitaux employés en banque à peu près autant. Bref nos placements dans l’empire russe s’élèvent aujourd’hui à la somme colossale d’environ dix milliards.

Voilà qui justifie l’intérêt passionné avec lequel on suit chez nous les événements de là-bas. Cette fortune, à vrai dire, ne nous paraît nullement menacée : la Russie, quelle que soit l’issue de la crise qui l’accable, garde à nos yeux tout son crédit. Ses richesses naturelles sont intactes, son industrie prospère ; quel que soit son régime futur, il favorisera certainement davantage que l’ancien le développement de ses ressources. En somme il est peu de pays au monde qui offrent des garanties aussi positives. Les capitalistes français auraient pu sans doute employer leur argent en placements plus rémunérateurs mais ils auraient difficilement rencontré autre part la même sécurité.

Il ne s’agit pas de discuter ici si la démocratie française a bien rempli son rôle social en aidant l’autocratie russe. Au point de vue financier — le seul que nous envisagions — nous n’avons commis aucune faute. C’est important.

L’entente cordiale en Chine.

L’immobilisme du peuple chinois considéré dans sa masse contraste de façon flagrante avec l’activité personnelle des individus