Ouvrir le menu principal

Page:Revue pour les français, T1, 1906.djvu/321

Cette page a été validée par deux contributeurs.
227
L’ÉTHIOPIE D’AUJOURD’HUI

sept ans seize semaines sur le nôtre — énonce environ 200 jours de fête. Alors, on joue aux échecs, on fait de la musique, on bavarde, on écoute les récits des vieux ou la lecture d’un savant sur les anciens textes, on flâne, principalement. Le temps, pour eux, n’a pas de valeur, et la plupart ignorent leur âge.


la femme éthiopienne

Le rôle de la femme éthiopienne est généralement très effacé. Dans l’intérieur, elle est un peu la servante de son mari. Aucune prescription légale ne l’amoindrit, pourtant. Pour les Éthiopiens, à la différence des musulmans, « les femmes ont une âme ». Mais par tradition elles sont peu instruites, mal éduquées, partant sans autre influence que celle de leur beauté. La beauté passe… plus vite encore là-bas qu’ici. L’Éthiopienne est femme à treize ans, vieille femme à trente.

La législation locale ne lui est pas défavorable. Elle prévoit deux sortes de mariage : le mariage légal proprement dit, et l’union libre. Les deux formes sont pratiquées, surtout la seconde, mais les obligations du mari sont nettement définies dans les deux cas. La femme est protégée. Quant aux enfants, la loi n’en connaît pas d’illégitimes.

Le divorce est prévu et d’usage très fréquent. Ceci n’est pas à l’honneur des épouses abyssines : ne cherchez pas en elles des modèles de fidélité conjugale, vous seriez très déçu…


l’île chrétienne

L’Éthiopie païenne, convertie au judaisme il y a trente siècles, devenue catholique romaine vers l’an 300, est chrétienne schismatique depuis le cinquième siècle.

L’Église d’Éthiopie ralliée à la doctrine d’Eutychès, à la suite des chrétiens d’Égypte connus sous le nom de coptes, ignore la suprématie du pape. Elle se sépare de l’Église catholique romaine sur une simple question de dogme : tandis que Rome connaît en Jésus-Christ le Dieu et l’homme en deux natures distinctes, l’Église copte n’admet en lui qu’une seule nature, divine. Les coutumes rituelles l’en séparent d’ailleurs bien davantage, et, si