Ouvrir le menu principal

Page:Revue pour les français, T1, 1906.djvu/310

Cette page a été validée par deux contributeurs.
216
REVUE POUR LES FRANÇAIS

faits une réponse qui, dans la suite, devait être désignée sous le nom de « Doctrine de Monroë » et résumée dans ces trois mots : America for American, c’est-à-dire l’Amérique aux Américains. Remarquons-le dès maintenant : dans le Message de 1823, les deux questions sont traitées séparément et sans qu’il soit possible de relever entre elles une relation quelconque. Elles ne sont pas rattachées à un principe abstrait de politique a priori.

Voici en quels termes Monroë exposa l’attitude adoptée par les États-Unis à l’égard de la Russie :

— « Sur la proposition du gouvernement impérial de Russie, transmise par le ministre du tsar en ce pays, un plein pouvoir et des instructions ont été adressés au ministre des États-Unis à Saint-Pétersbourg pour régler dans une négociation amicale les droits et les intérêts respectifs des deux nations relativement à la côte nord-ouest de ce continent. En adoptant cette amicale procédure, le gouvernement des États-Unis a voulu témoigner à la fois la grande importance qu’il a toujours attachée à l’amitié de l’empereur et son soin empressé à entretenir la meilleure entente avec le gouvernement russe. Tant dans les discussions auxquelles le point de litige a donné naissance que dans les arrangements qui le trancheront, nous avons jugé qu’il était bon d’affirmer, comme un principe dans lequel sont renfermés les droits aussi bien que les intérêts des États-Unis, que les continents américains, en raison de la situation libre et indépendante qu’ils ont acquise et qu’ils ont su conserver, ne peuvent plus désormais être considérés comme des territoires ouverts à la colonisation future d’aucune puissance européenne. »




Après une longue digression sur d’autres sujets, Monroë aborde la question de l’intervention imminente des puissances alliées dans l’Amérique du Sud.

— « Il a été annoncé au début de la dernière session qu’on faisait un grand effort en Espagne et en Portugal pour améliorer la condition des habitants de ces pays et que cet effort paraissait conduit avec modération. Il est à peine besoin de remarquer que le résultat jusqu’à présent obtenu a été tout différent de celui qu’on attendait. Les événements qui se passent dans cette Europe avec laquelle nous avons tant de relations et dont nous