Ouvrir le menu principal

Page:Revue pour les français, T1, 1906.djvu/113

Cette page n’est pas destinée à être corrigée.


=5^=^ Jfot ! JCes puissances ne sont pas animées par le désir de la conciliation. Jfot ! leurs délégués ne sont pas venus à jTlgésiras, hélas ! avec des instructions aussi pacifiques qu’on pourrait le désirer. ■€n voulez-vous la preuve ? JTucune Commande Officielle n’a été faite, en cette circonstance, de Quinquina Dubonnet Jfous l’avouons sans trouble ; la honte est pour l’Europe. £e moyen était bien simple pourtant car il n’y a pas d’exemple, qu’au cours des plus épineuses négocia tions, le plus plénipotentiaire des Jtfinistres ait résisté à un verre de l’épanouissant -6lixir. ^b=W >*="