Page:Revue philosophique de la France et de l’étranger, tome I, 1876.djvu/70

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ANALYSES ET COMPTES-RENDUS



I

PSYCHOLOGIE

Analyses psychologiques sur des bases physiologiques, par Adolphe Horwicz. (Psychologische Analysen auf physiologische Grundlage.) Halle. Pfeffer, tome 1er 1872. — Tome 2me, 1er part., 1875.

Cet ouvrage, comme le titre l’indique, se propose d’user de la physiologie comme d’un fil conducteur pour les recherches psychologiques. Dans un article sur la Méthode en psychologie[1], l’auteur avait déjà exposé sous une forme sommaire ses idées à ce sujet. Les données de la conscience ne peuvent servir que de préliminaire : elles ne fournissent qu’un aperçu vulgaire et grossier de la totalité de l’activité de l’âme. Le reste doit venir de la physiologie. Celle-ci nous faisant connaître les conditions organiques des phénomènes physiques est, non pas seulement un accessoire utile, mais « le véhicule méthodique des recherches, le fil d’Ariane. »

En Allemagne, quelques critiques ont reproché à l’auteur un emploi excessif de la physiologie, l’abus d’analogies trop superficielles entre les deux ordres de phénomènes étudiés. Mais M. Horwicz déclare à plusieurs reprises que ses hypothèses ne se proposent que comme telles, qu’il a essayé seulement de les mettre d’accord avec l’état actuel de la science. Le lecteur français lui reprocherait plus volontiers de manquer d’ordre dans la marche générale de son exposition. On ne saisit pas d’une façon suffisamment claire l’enchaînement des questions traitées ; plusieurs d’entre elles sont reprises cinq ou six fois sous des titres différents. L’abus des divisions et subdivisions contribue d’ailleurs à embarrasser.

Donnons d’abord l’esquisse générale de l’ouvrage pour insister plus tard sur quelques points.

Après une étude sur l’étymologie et la synonymie du mot « âme »,

  1. Publié dans le Zietschrift fur Philos. u. philos. Kritik. 1872, tome LX, p. 170.