Page:Revue philosophique de la France et de l’étranger, tome I, 1876.djvu/608

Cette page n’a pas encore été corrigée


600 REVUE PHILOSOPHIQUE

tible à des lois, a conduit si loin ceux qui s'opposent aux vues méca- niques qu'ils ont résisté aux essais que Ton a faits d'appliquer la « loi d'association, » parce que cette loi rendrait les phénomènes mentaux moins mystérieux. Ils préfèrent invoquer l'instinct, ou les idées fon- damentales comme plus profondes et plus religieuses.

Si cependant nous regardons l'organisme comme un mécanisme vital, ou un mécanisme sensitif, nous nous débarrassons des mots qui peuvent conduire à une fausse interprétation : et en même temps, tout en admettant tous les faits qui justifient l'idée d'une spontanéité, d'une volonté libre, nous les interprétons comme dépen- dant rigoureusement d'une causalité organique. Je ne dis pas que cette interprétation n'est pas difficile, je dis seulement que l'inter- prétation spiritualiste est illusoire.

G. H. Lewes.

�� �