Ouvrir le menu principal

Page:Revue philosophique de la France et de l’étranger, tome I, 1876.djvu/495

Cette page n’a pas encore été corrigée


coexiste, au moins dans un cas, avec l’attribut B. Que nous faut-il de plus pour affirmer que l’attribut C coexiste, dans tous les cas, avec l’attribut B ? Deux choses : savoir a priori que l’attribut C doit avoir son antécédent parmi les autres attributs de A ; placer A dans des conditions telles que, de tous ses attributs, B soit le seul qui puisse être l’antécédent de C. Tout syllogisme de la troisième figure est donc une induction commencée ; toute induction est un syllogisme de la troisième figure, dans lequel la raison et l’expérience achèvent l’œuvre du raisonnement.