Ouvrir le menu principal

Page:Revue philosophique de la France et de l’étranger, tome I, 1876.djvu/434

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

F. Papillon. Histoire de la philosophie moderne dans ses rapports avec le développement des sciences de la nature. Hachette, 1876, tome I.

Il nous est impossible, quant à présent, de donner une appréciation complète de cet ouvrage. Le premier volume seul a paru et il ne permet pas de voir nettement les conclusions de l’auteur. De plus un certain nombre de parties ont dû rester inachevées.

M. Ch. Lévêque, qui a publié l’œuvre posthume de son jeune ami, l’a fait précéder d’une notice biographique en grande partie formée d’extraits des mémoires personnels de Papillon : « journal trop bref, nous dit-il, et surtout trop personnel pour qu’il fût permis d’en composer un livre et qui exprime trop fidèlement son caractère pour que nous n’en citions pas les plus remarquables fragments. »

Dans son Introduction, Papillon insiste sur cette loi de continuité qui permet de comprendre la filiation des idées et des doctrines. Mais il émet sur l’objet et la méthode de l’histoire de la philosophie une opinion très-contestable : « Les histoires de la philosophie publiées avant celle-ci sont pleines de récits, de controverses, d’analyses bibliographiques, etc., sans aucun rapport avec la connaissance effective du mouvement progressif des idées. Les théories d’éthique, de sociologie, d’esthétique y sont confusément mêlées aux doctrines métaphysiques. Il ne faut pas chercher ailleurs les raisons qui ont empêché jusqu’ici de constituer l’histoire de la philosophie. La philosophie, en effet, est étrangère aux questions concrètes de la morale, de la politique et de la religion. » Nous voudrions bien savoir ce qu’un historien de profession penserait d’une pareille doctrine. Sans doute, l’auteur était bien libre de restreindre sa lâche, de n’essayer, comme il l’a fait, qu’une histoire de la philosophie naturelle ; mais rien ne l’autorisait à prendre la partie pour le tout, et à traiter de « recherches inutiles » tout ce qui sortait du cadre qu’il s’était tracé. De plus, est-il bien sûr que l’auteur connût les histoires de la philosophie qu’il traite si dédaigneusement ? Il n’en cite qu’une seule et le choix est bien malheureux : c’est Gérando, qu’il appelle « un historien des plus autorisés », (p. 82).

Son étude sur la philosophie au xviie siècle est divisée en trois parties : École de l’expérience ; école de l’analyse ; école de l’intuition.

L’École de l’expérience comprend Galilée, Keppler, Toricelli, Harvey, Bacon, etc., bref tous ceux qui ont pratiqué ou préconisé la méthode expérimentale. En général, elle est traitée avec peu de faveur. Sauf Galilée, « ce sont des investigateurs curieux, des travailleurs utiles, mais de purs empiriques. Ils interrogent la nature au hasard. Ils n’ont pas de règle, pas de méthode déterminée. Tels furent les académiciens de Florence, les membres de la Société Royale de Londres, Toricelli, Bayle, Harvey, Redi, Stenon, Régnier de Graaf, Malpighi, Leuweenhock, Sydenham », (p. 25). Il nous semble que peu de noms valent ceux là, et il est singulier d’admettre que les grandes découvertes qui leur sont dues, ont été faites « sans méthode déterminée. » Au reste, l’auteur