Ouvrir le menu principal

Page:Revue philosophique de la France et de l’étranger, IV.djvu/595

Cette page n’a pas encore été corrigée


NOLEN. — LE MÉCANISME DE LANGE 585

porains, des principes et des méthodes de la philosophie positive, ou de la philosophie exclusivement scientifique.

Lange comprenait que la tâche du philosophe est autre que celle du savant. Ce dernier cherche une explication des faits qui nous permette de les gouverner plus encore que de les comprendre. Mais l'esprit ne se contente pas de savoir que le mécanisme ou l'appli- cation du principe des causes efficientes nous aide, comme disait excellemment Leibniz, « à nous procurer des phénomènes. » Nous voulons davantage.

Ce qui caractérise, à proprement parler, le philosophe et le dis- tingue du savant, c'est le besoin de s'interroger sur l'autorité des principes, sur la valeur logique de la certitude scientifique ; c'est aussi le désir de pousser aussi loin que possible notre connaissance du vrai, en suppléant aux lacunes de l'expérience et du calcul, et de donner satisfaction à nos instincts du beau et du bien, aux aspira- tions de notre imagination et de notre cœur, dont le savant n'a que faire, ou plutôt dont il doit constamment se défier.

Évidemment le matérialisme ne répond pas à ces besoins nouveaux de l'âme philosophique. Le même Lange que nous avons vu si bien glorifier les services rendus par le matérialisme à la cause de la science, ne se complaît pas moins maintenant à en faire ressortir l'irrémédiable pauvreté, les vices incurables.

Le matérialisme affirme l'existence de la matière et du mouvement : mais que sont la matière et le mouvement ? A toutes les époques, avec Démocrite et Épicure dans l'antiquité, avec Gassendi, Hobbes, de laMettrie et d'Holbach aux xvn* et xvm e siècles, avecMoleschott et Bùchner de notre temps, nous n'obtenons que des réponses con- tradictoires ou insuffisantes. Tantôt la matière semble se réduire au mouvement ; tantôt elle est, à la fois, le principe mystérieux du mouvement et de la pensée. Ici elle se résout en une collection d'atomes ; là elle est identifiée, sous le nom obscur de nature, avec le principe universel et unique de la vie. Quand les matérialistes définissent la matière comme l'atome en mouvement, ils n'analysent pas assez l'idée de matière et celle de mouvement, pour s'apercevoir que ces deux idées supposent celles du temps et d'espace, et que ces dernières, à leur tour, appellent la discussion philosophique. Au contraire, ils n'hésitent point, par un grossier sophisme, à faire dériver les idées de temps et d'espace de celles de matière et de mouvement. L'atome, auquel la matière se réduit pour eux, ne saurait être une donnée des sens : et cependant les matérialistes invoquent l'expérience comme l'unique principe de toute certitude. Le calcul mathématique leur sert à interpréter les données de tome iv. — 1877. 38

�� �