Ouvrir le menu principal

Page:Revue philosophique de la France et de l’étranger, IV.djvu/523

Cette page n’a pas encore été corrigée


VARIÉTÉS

��LES INTERPRÈTES ITALIENS DE PIETRO POMPONAZZI

��Pietro Pomponazzi, né à Mantoue en 1462, mort à Bologne en 1525, est un des penseurs les plus originaux de la Renaissance et fut le plus célèbre peut-être de tous ces grands professeurs qui, sous le couvert de la tradition péripatéticienne, maintinrent pendant des siècles le droit de la libre spéculation dans les écoles de Padoue et de Bologne. Sa gloire, à vrai dire, ne lui a point survécu : d'autres noms, ceux de Galilée, de Léonard de Vinci, représentent mainte- nant à nos yeux l'esprit de science et de progrès du xvi* siècle italien. C'est du changement de méthode, amené par le triomphe de l'école expérimentale, que devait dater l'âge moderne, et non d'une transformation — si profonde qu'elle pût être — de l'ancienne métaphysique. On comprend pourtant aujourd'hui qu'on ne peut songer à rejeter dans l'oubli toutes les solutions avortées, sous pré- texte qu'elles n'ont rien à nous apprendre ; l'inanité de la tentative ne diminue point l'intérêt historique qui s'attache à toute forme singulière du travail de l'esprit. La qualification de « Scolastique » ne suffifait pas davantage à justifier le dédain de cette étude. D'a- bord, s'il est vrai que les Pomponazzi, les Zabarella, les Gremonini ne sauraient être considérés comme des génies créateurs, puisqu'ils ne cessèrent jamais d'admettre l'autorité d'Aristote comme le cri- térium suprême de la vérité philosophique, — il faut se garder éga- lement de voir en eux de simples commentateurs attachés à la pour- suite de l'idée qui se cache dans un texte. L'esprit n'abdique jamais tout à fait; volontaire ou non, le contre-sens est toujours là pour servir de refuge à la liberté. — Mais de plus, ne peut-on pas

�� �