Ouvrir le menu principal

Page:Revue philosophique de la France et de l’étranger, IV.djvu/40

Cette page n’a pas encore été corrigée


30 REVUE PHILOSOPHIQUE

Ledeuxième groupe, celui des sensations brutes, prête à la critique, au double point de vue de l'anatomie et de la psychologie. M. Taine en place le siège dans la protubérance. Il s'appuie sur l'autorité de Vulpian dont l'opinion, en ce point, est à peu près rejetée. Entre la moelle et la couche corticale, la plupart des physiologistes admet- tent bien une région intermédiaire par ses fonctions, mais qui est beaucoup plus étendue que la protubérance seule. Maudsley qui, dans sa Physiology of Minci, admet dans l'encéphale trois sortes de centres correspondant à peu près à ceux de M. Taine ' , consi- dère comme centre sensoriel « toute la substance grise qui existe entre la décussation des pyramides et le plancher des ventricules latéraux » ; ce qui comprend les couches optiques , les corps striés , les tubercules quadrijumeaux, la protubérance, le bulbe et les pédon- cules cérébraux. C'est l'opinion la plus généralement adoptée au- jourd'hui. — Sans insister sur un point qui regarde surtout les ana- tomistes, il y a une autre difficulté toute psychologique. Que faut-il entendre au juste par « sensations brutes »? Ce terme emprunté à la langue médicale a-t-il un sens bien précis? Sans doute il est naturel d'admettre, entre le pur réflexe et la perception nette et pleinement consciente, un état intermédiaire ; mais en quoi consiste cet état ? Il ne peut nous être connu que de deux manières : directement par la conscience, ou indirectement par l'induction. La conscience ne nous en dit rien. Tout au plus pourrait-on faire rentrer dans cette caté- gorie les sensations vagues, telles que la faim et la soif, certains états bizarres de la sensibilité générale qui se produisent à l'époque de la puberté, pendant l'incubation delà folie, etc. La conscience étant muette sur les sensations brutes, reste l'induction. On invoque des expériences faites sur des animaux, qui, privés des lobes céré- braux et soumis à certaines sensations, réagissent par des actes com- plexes; mais rien n'empêche de considérer ces actes simplement comme des réflexes d'un ordre plus compliqué. L'induction n'auto- rise pas à aller au-delà. Tout au plus peut-on de la complexité des effets inférer la complexité des causes , en sorte que les centres sensoriels seraient destinés à emmagasiner et à transmettre les ma- tériaux de l'acte de conscience, rien de plus. On arriverait ainsi à conclure qu'il se passe dans les centres sensoriels des phénomènes nerveux analogues à ceux qui se produisent dans les cornes posté- rieures de la moelle, quoique plus compliqués, mais qu'on ne peut pas appeler d'une manière précise des sensations. — D'ailleurs, ces expériences faites sur des animaux très-différents de l'homme, très-

1. Il appelle ces centres : idéationnel, sensoriel, réflexe. V. Physiol. of Mind, 3« édit., ch. III et suivants.

�� �