Ouvrir le menu principal

Page:Revue philosophique de la France et de l’étranger, IV.djvu/391

Cette page n’a pas encore été corrigée


NOLEN. — L'IDÉALISME DE LANGE 381

Il a sans doute été précédé dans-cette voie par un homme dont le nom ne saurait être séparé du sien. Zôllner, dès 1864, dans son beau livre « Sur les Comètes l » (Ueber die Cometeri), avait montré déjà que toutes les conquêtes importantes de la science nouvelle ont leurs antécédents ou trouvent leur justification dans la philosophie de Kant; que les savants eux-mêmes ont besoin d'être défendus par l'étude et la méditation de la doctrine critique, aussi bien contre l'ou- bli trop fréquent, que contre l'application excessive des principes et des méthodes qui leur sont propres. Il reprochait aux savants, à Tyndall par exemple, de se montrer tantôt incertains et timides, tantôt trop confiants et téméraires dans l'application du détermi- nisme et de la causalité physique. Mais, à ses yeux, les principes du mécanisme n'expriment qu'un ordre nécessaire à l'interprétation scientifique du monde mobile et tout subjectif de nos sensations; mais ils ne rendent compte ni de ces sensations, ni d'eux-mêmes. La matière, dont ils formulent les lois, n'est qu'un élément secondaire, qu'une abstraction, qu'un produit de la pensée réfléchie. La sensa- tion lui est antérieure, comme fait primitif et irréductible de la con- naissance. On ne pouvait plus résolument confisquer le matérialisme au profit de l'idéalisme critique, et affirmer que la réconciliation de la science et de la spéculation n'est réalisable que sur le terrain de la philosophie kantienne.

Dès 1865, Otto Liebmann, dans son intéressant opuscule « Kant et ses Épigones, » aboutissait à la conclusion semblable, qu'il maintient et fortifie dans son récent ouvrage, V Analyse de la Réalité.

Mais c'est à Lange que revient l'honneur d'avoir décidé et précipité cette évolution des intelligences philosophiques dans l'Allemagne contemporaine.

Si le matérialisme n'est pas plus pour Lange que pour Zôllner la philosophie qui doit compléter l'œuvre de la science, il est certain pourtant qu'une philosophie ne sera acceptable qu'autant qu'elle saura faire, aussi largement que le matérialisme lui-même, sa part au mécanisme scientifique. Pour triompher du matérialisme, la phi- losophie devra l'absorber.

La doctrine de Kant est celle qui répond le mieux, selon Lange, à cette fin. Par sa théorie de la connaissance, elle reconnaît dans toute leur intégrité les droits du mécanisme ; et son idéalisme, dans une certaine mesure, satisfait tous les besoins esthétiques et moraux de la nature humaine. Les premiers disciples de Kant, ses successeurs immédiats, n'ont fait que développer, mais en les corrompant, les

1. Voir l'analyse que nous avons donnée de cet ouvrage dans la Revue phi- losophique (numéro d'avril 1876).

�� �