Ouvrir le menu principal

Page:Revue philosophique de la France et de l’étranger, IV.djvu/236

Cette page n’a pas encore été corrigée


226 REVUE PHILOSOPHIQUE

la précision nécessaire en pareil sujet. Avec cet ensemble de faits, ils ont essayé de vérifier et de préciser la localisation des centres qui, dans le cerveau, ont une influence immédiate sur les mouvements des membres.

Le travail est divisé en trois parties.

La première a pour but d'établir qu'aucune lésion située dans les lobes, frontal, sphénoïdal et postérieur ne détermine de phénomènes mo- teurs (convulsions, paralysies) ; la seconde, que les destructions où les irritations des circonvolutions ascendantes et de quelques parties voi- sines, se traduisent par des paralysies ou des convulsions.

Le fait le plus important que MM. Gharcot et Pitres aient signalé, c'est l'existence de dégénérescences secondaires de la moelle épinière, à la suite de lésions destructives des centres moteurs de l'écorce du cerveau, dégénérescences analogues à celles qui se produisent quand d'autres parties du cerveau dont le rôle moteur n'est contesté par per- sonne, sont le siège d'une désorganisation.

Dans la troisième partie de leur travail, les auteurs donnent la topo- graphie des centres moteurs, chez l'homme, d'après les faits qu'ils relatent: « La zone motrice comprend, .„. le lobule paracentral, les cir- « convolution frontale et pariétale ascendantes, et peut-être aussi les « pieds des circonvolutions frontales. » — • « L'étude des paralysies, et « des convulsions d'origine corticale démontre que les centres moteurs « corticaux, pour les deux membres du côté opposé, sont situés dans le « lobule paracentral et dans les deux tiers supérieurs des circonvolutions « ascendantes et que les centres pour les mouvements de la partie in- « férieure de la face sont placés dans le tiers inférieur des circonvolu- t tions ascendantes, au voisinage de la scissure de Sylvius. — Il est « très-probable que le centre pour les mouvements du membre supé- « rieur siège dans le tiers moyen de la circonvolution frontale ascen- i dante du côté opposé. — Enfin, on ne connaît pas encore exactement « la situation des centres moteurs corticaux pour les mouvements de la « nuque, du cou, des yeux, ni des paupières. »

��Un cas de dédoublement du moi.

L'observation suivante est rapportée par M. Laveran, professeur agrégé au Val-de-Grâce dans Y Union médicale n° 36, 1877.

€ M. S. capitaine, 43 ans, phthisique. L'intelligence est conservée; mais le malade est tourmenté par une illusion singulière : il croit qu'il est dédoublé en deux personnes. Il voit sans cesse à côté de lui un autre lui-même qui parle, agit, et l'imite dans tout ce qu'il fait. Le ma- lade comprend parfaitement qu'il est le jouet d'une illusion, mais il ne peut pas s'en défendre ; et voici comment il explique l'origine de ce trouble mental : au début de sa maladie, on lui a dit que l'une de ses cordes vocales était atteinte; plus tard, que l'un des poumons était

�� �