Ouvrir le menu principal

Page:Revue philosophique de la France et de l’étranger, IV.djvu/15

Cette page n’a pas encore été corrigée


BOUTROUX. — ZELLER ET L'HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE 5

temps il s'adonnait à des études théologiques générales et appro- fondies. Mais, dès cette époque, il faisait des recherches dans le do- maine de la philosophie grecque, qu'il jugeait nécessaire de bien connaître, pour mieux comprendre qu'on n'avait fait jusqu'alors l'histoire du christianisme primitif 1 . Il employa l'hiver 4836-1837 à l'étude de Platon. L'été suivant, pendant lequel il fut pasteur adjoint de campagne, fut consacré à Aristote. Puis il passa un hiver à Ber- lin (1836-1837) où il entendit, non-seulement les célèbres théologiens Marheineke, Vatke - et Neander, mais encore le jurisconsulte et historien Éduard Gans ; il visita ensuite plusieurs autres universités allemandes. En 1839 furent publiés, sous le titre d' « Études plato- niciennes » (Platonische Studien), les premiers résultats de ses travaux sur la philosophie grecque.

La même année M. Zeller rentra au séminaire théologique de Tiibingue comme répétiteur (Répètent), et commença immédiatement des cours de théologie à l'université de cette ville. Pour pouvoir se consacrer tout entier à cet enseignement, il quitta le séminaire en 1840, et se fit recevoir privatdocent de théologie (automme 1840). C'est en cette qualité qu'il fonda (1842), de concert avec plusieurs érudits, la « Revue théologique » {Tkeologische Jahrbûcher), la- quelle, pendant ses quinze années d'existence (1842-1857), fut l'or- gane scientifique de l'école de théologie critique dite a nouvelle école de Tiibingue ». Cette école ouvertement rationaliste, et profes- sant des doctrines voisines de l'hégélianisme, appliquait sans com- promis aux questions religieuses les règles générales de la critique historique et philosophique 3 . M. Zeller dirigea cette revue jusqu'en 1847, époque de son départ de Tiibingue. La direction passa alors aux mains de Baur, qui la conserva jusqu'à la fin. Ce recueil ren- ferme la plupart des travaux théologiques de M. Zeller; une partie de ces études donna naissance à 1' « Histoire des Apôtres » (Die Apostelgeschichte, nach ihrem Inhalt und Ursprurig), parue en 1854. Indépendamment de cet ouvrage, M. Zeller publia (1847) un abrégé de l'histoire de 1 Église (Gesch. d. christlichen Kirche). A ses cours sur les doctrines théologiques, M. Zeller joignit des cours

\. Baur publia en 1837 (Zeitschr. f. Theol.) un article sur le côté chétien du Platonisme, où il exposait que l'élément relativement pratique de l'É'at plato- nicien avait été réalisé dans l'Église chrétienne, et cela en vertu de la doc- trine de la substantialité de l'idéal, commune à Platon et au christianisme.

2. Auteur d'un ouvrage intitulé : Die mensckl. Freih. in ihr. Verhaeltn. z, Sûnde u. gœttl. Gnade, 1841. M. Zeller traita en 1846-47, un sujet analogue (Theol. Ja/trb , V, VI. V. la note suivante).

3. Cette revue contient, entre autres études philosophiques de M. Zeller, une série de trois articles intitulée : Ueber d. Freiheit d. mensckl. Wiltens, dus Bœse,u. d. moralische Weltordnung {Theol. Jahrb., V, VI, 1846, 1847).

�� �