Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 60.djvu/706

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Stella. — C’est une sorte de problème sentimental mal résolu. Deux femmes qui n’ont plus de jeunesse se partagent facilement un homme qui n’a plus d’amour ; mais donnez beauté aux unes, passion, à l’autre et vous verrez si c’est possible.


Mercredi 9 décembre.

Spontini est venu me voir, présenté par David, le célèbre sculpteur ; il m’a demandé de faire un opéra avec moi.

Sainte-Beuve m’a dit qu’il adoptait des Saint-Simoniens l’idée de l’abolition de l’héritage, mais qu’il répugnait à leur religion parce qu’il seul qu’elle détruit l’individu et la spontanéité, mais il croit, — et me l’a dit à part, — qu’ils s’empareront de la terre et que la secte deviendra religion.

Buchez est venu aussi, l’Arius des Saint-Simonistes.


11 décembre (a).

Le procès des ministres se fait à Paris. — Je commande seul le 4e bataillon ; j’écris aux capitaines de n’obéir qu’à moi.

Les Coupables, de Gœthe. — Je les achève aujourd’hui. — C’est une jolie comédie en trois actes, sorte d’imbroglio. — Gœthe dit que la morale en est que celui qui se sent innocent jette la première pierre : je crois qu’il l’a trouvée après coup Sœller, Alceste, Sophie et l’hôte, son père, se réunissent la nuit dans une chambre, Sœller pour voler, Sophie pour aimer, le père pour lire une lettre, Alceste pour aimer Sophie. Ils volent, aiment et lisent ; explication ensuite.


11 décembre (b).

Un doute m’a saisi. — Le Christ même ne fut-il pas sceptique ? — Oui, il le fut et d’un doute plein d’amour et de pitié pour l’humanité, cette pitié que j’ai personnalisée dans Eloa. — Pardonnez-leur, car ils ne savent ce qu’ils font ! C’est le doute même !

11 décembre (c).

Je hais les emplois publics ; convaincu qu’il n’y a de véritable grandeur dans l’homme que lorsqu’il la puise en lui-même dans son caractère ou dans son génie, et non dans les mérites du commandement ou de l’obéissance.

Et aussi je les déteste parce qu’ils forcent à des réserves, des tons de hauteur qui sont le lot des imbéciles ; et je les abhorre surtout parce qu’ils enveloppent tout homme d’un tissu délié,