Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 60.djvu/632

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’église Saint-Georges, mais pins religieuse, et trois fois vénérable, puisque les fondements en furent établis par le roi Casimir le Grand.

La question des Uniates ruthènes et de leurs démêlés avec les Polonais latins est une de relies qui préoccupent très justement le pape Benoit XV. Les Uniates, comme l’indique leur nom, sont unis à l’Eglise romaine par leur croyance ; ils se rapprochent de l’Eglise grecque orthodoxe par leur rite et par leur discipline : les prêtres uniates ont licence de se marier, seuls les moines et les évêques, issus des monastères, sont tenus au célibat. L’église uniate constitue en Ukraine un groupement important et assez compact ; il n’en va pas de même en Russie-Blanche, où la plupart des fidèles furent convertis de force à la religion orthodoxe, entre 1863 et 1905. Lorsque le gouvernement russe promulgua le décret sur la liberté des cultes, beaucoup de ces convertis retournèrent directement au catholicisme latin. Ces perpétuels changements ne pouvaient manquer de laisser quelque trouble dans des populations qui sont par ailleurs timides et ignorantes. « Plaise à Dieu, me disait une grande dame polonaise, fervente catholique, que nos paysans se laissant ramener une bonne fois à la communion latine, et qu’ils y demeurent ! Oui, je sais bien qu’à Rome il y a des partisans de l’uniatisme : il forme, dit-on, entre le catholicisme latin et l’Eglise orthodoxe un trait d’union, un pont qu’il ne faut pas couper. L’uniatisme en effet est un pont, mais un pont qu’on passe et repasse dans les deux sens, suivant les événements. Pour l’avoir passé trop souvent, nos pauvres paysans finissent par ne plus savoir eux-mêmes s’ils sont catholiques ou orthodoxes, et si le prêtre marié qui leur distribue la communion sous les deux espèces, est un curé ou un pope. »

Je me suis longuement entretenu de la question uniate à Varsovie avec le l’ère Genocchi, Visiteur Apostolique d’Ukraine, si impatiemment attendu par les chanoines de Saint-Georges, et avec le nonce, Mgr Hatti. Ce dernier a bien voulu me l’aire connaître sur ce point les intentions du Saint-Père. « Avant tout, m’a déclaré Mgr Ratti. le Pape tient à ce que la volonté et la conscience de chacun soient scrupuleusement respectées. Que ce soit en Ukraine ou en Russie-Blanche, la population ruthène semble assez divisée sur la question des rites : l’Intelligence préfère en général le catholicisme latin ; le peuple, plus